Croix Rouge recrute un Consultant

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La Croix-Rouge de Belgique recrute un Consultant.

Présentation des commanditaires et de l’action à évaluer

Le présent appel d’offre concerne une évaluation externe de redevabilité d’un Programme de développement quinquennal (2017-21) dénommé « La résilience des populations et en particulier des femmes des communautés du département de Thiès et Tivaouane est renforcée à travers la promotion de modes de vie sains et sûrs », financé par la coopération belge (DGD).

Le commanditaire

La Croix-Rouge de Belgique fait partie du mouvement Comité International et Fédération Internationale de la Croix-Rouge. A ce titre elle soutient notamment le Croix-Rouge sénégalaise en matière d’actions humanitaires et de développement, visant à améliorer la condition des plus vulnérables, c’est-à-dire ceux qui sont les plus exposés à des situations qui menacent leur survie ou leur aptitude à vivre avec un minimum de sécurité sociale et économique et de dignité humaine. Le présent programme vise à contribuer à cette mission de base.

Les actions de la Croix-Rouge sont en toutes circonstances guidées par les sept Principes fondamentaux : humanité, impartialité, neutralité, indépendance, volontariat, unité et universalité.

La Croix-Rouge de Belgique apporte son soutien financier (coopération belge), assure un monitoring des réalisations et rends compte des résultats au bailleur de fonds.

Présentation de l’action à évaluer

Le programme vise à renforcer durablement la résilience des communautés de 20 villages des départements de Thiès et Tivaoune (région de Thiès, Sénégal). Dans ce cadre, la Croix-Rouge sénégalaise a déployé des activités qui prennent en compte la dimension de mitigation des risques environnementaux et sanitaires identifiés préalablement par les communautés ; la promotion des bonnes pratiques de santé communautaire et d’hygiène et la protection de l’environnement et des ressources naturelles.

Le programme participe ainsi à la mise en œuvre de la politique de santé communautaire du gouvernement du Sénégal à travers un appui au niveau de la nutrition et de la santé maternelle et infantile. Grâce à son expertise, à son réseau de volontaires et à son ancrage communautaire, la Croix-Rouge propose une réponse sur mesure à partir des ressources présentes localement. Elle veille également à la mise en réseau des communautés, à renforcer leurs liens avec les services étatiques et à leur autonomie dans la gestion des actions développées. Enfin, en tant qu’acteur central du projet, les capacités de la Croix-Rouge Sénégalaise ont été renforcées en vue de favoriser une capacité d’action optimale et une pérennité des effets du projet.

Le programme s’est ainsi décliné en 4 résultats :

  • Résultat 1 : Renforcement du système de santé et protection de l’environnement : les capacités de 20 communautés des départements de Thiès et Tivaouane en matière de réduction des risques liés à la santé et à l’environnement sont renforcées
  • Résultat 2 : Renforcement du système de santé : le paquet d’activités communautaires de prévention est renforcé au sein de 20 communautés des départements de Thiès et Tivaouane
  • Résultat 3 : Renforcement de l’accès à des systèmes d’assainissement améliorés : les capacités de 20 communautés des départements de Thiès et Tivaouane sont renforcées dans le domaine de l’eau, l’hygiène et l’assainissement
  • Résultat 4 : Les capacités opérationnelles des comités Croix-Rouge et des acteurs locaux des zones d’intervention sont renforcées

Le programme étant en gestion déléguée, la Croix-Rouge Sénégalaise en est le maître d’œuvre et assure donc la gestion opérationnelle et financière (du budget opérationnel) au quotidien. La Croix-Rouge de Belgique apporte un soutien financier, méthodologique et technique à la Croix-Rouge Sénégalaise dans la mise en œuvre du programme, assure un monitoring des réalisations et rends compte des résultats au bailleur de fonds. Les deux sociétés nationales ont une responsabilité collégiale dans la mise en œuvre dudit programme. Un accord spécifique précisant les modalités de gestion et les responsabilités de chaque partie a été signé en début du programme.

Au niveau pays, les ONG Belges (ACNG) financés par la coopération belge, doivent également se rassembler autour d’un cadre stratégique commun (CSC) par pays ou par thème. Les CSC servent de cadre global pour le développement de synergies entre les organisations et contribue également à l’apprentissage collectif ainsi qu’à la participation accrue des partenaires locaux. L’action du présent programme à évaluer s’intègre dans les cibles stratégiques communes du CSC :

  • Cible 1 : Renforcer le système de santé, à travers l’amélioration de l’accès, la disponibilité et la qualité des soins pour tous et toutes avec une attention particulière aux zones isolées et populations vulnérables ;
  • Cible 5 : Favoriser une meilleure protection de l’environnement et une gestion durable des ressources naturelles par les acteurs locaux (organisations paysannes, organisations des femmes, organisations de jeunes, autorités décentralisées, pouvoirs publics locaux, …)
  • Cible 6 : Renforcer l’accès (équitable, durable et participatif) à l’eau potable et à des systèmes d’assainissement améliorés qui prennent en considération les besoins spécifiques et les rôles des femmes et des hommes

L’évaluation

Justification de l’évaluation et attentes

L’objectif de l’évaluation consiste à analyser les réalisations du programme mis en œuvre de 2017 à 2021. Il s’agit d’analyser le programme quinquennal selon les critères standards d’évaluation (pertinence, cohérence, efficacité, efficience, durabilité et impact).

Cela consiste donc à identifier les principaux succès et défis, les principales leçons apprises, les bonnes pratiques, ainsi que les conclusions et recommandations aux termes de 5 années de mise en œuvre du programme.

Critères et questions à formuler [1]

  • Pertinence et cohérence : le degré avec lequel l’intervention était en ligne avec les priorités du public-cible, de l’organisation partenaire : alignement avec politiques, bienfondé des interventions au regard des enjeux communautaires, évolutions liées à la crise COVID-19, cohérence avec dynamiques locales, capacité du partenaire à contribuer à la coordination entre acteurs, qualité de la collaboration CRS/CRB…
  • Efficience : le degré dans lequel les ressources de l’intervention (fonds, expertise, temps, etc.) ont été converties en outputs de façon économe et dans les délais : choix stratégique de la CRS pour préserver l’efficience au regard des coupes budgétaires initiales, rapport qualité/ressources, capacité et processus de gestion des ressources, respect des délais au regard des contraintes bailleurs et externes…
  • Efficacité : le degré dans lequel l’objectif spécifique (outcome) est atteint, tel que prévu à la fin de l’année 2021 : i*ndicateurs du cadre logique, capacité du partenaire et autres acteurs, choix des méthodologies et approches pour le changement de comportement, niveau de résilience des communautés et dynamique communautaire, gestion des risques, efficacité de la réactivité et de l’appui dans le cadre de la crise COVID-19 (et conséquences sur outcome), bonnes pratiques (diffusion)…*
  • Impact : les effets à long terme : les changements induits, les communautés cibles et bénéficiaires touchés, les comités locaux, équité genre, impacts environnementaux…
  • Durabilité : le degré de probabilité de préserver et reproduire les bénéfices d’une intervention sur le long terme (durabilité financière, social, technique, institutionnelle et environnementale) : méthodologie appliquée, stratégie de sortie et capacité du partenaire à poursuivre sa mission et son rôle d’auxiliaire à l’issue du programme, des bénéficiaires à poursuivre les investissements, à maintenir les acquis, à améliorer la situation sanitaire…
  • Contribution au Cadre Stratégique Commun (CSC) : les complémentarités et synergies réalisées et bénéfices tirés, degré d’implication dans approches et cibles CSC, valeurs ajoutées…

[1] https://www.eval.fr/quest-ce-que-levaluation/les-criteres-devaluation/

Déroulement de l’évaluation et éléments méthodologiques

Phase de Cadrage 

Une première phase d’étude documentaire sur le programme et de discussion avec les commanditaires pour permettre aux évaluateurs d’approfondir leur connaissance des enjeux de l’évaluation, d’ajuster le choix, la formulation et la structuration des questions évaluatives (critères de jugement, indicateurs), et de préciser les modalités de collecte et d’analyse des données qui seront proposées pour y répondre.

Output de cette phase : une note méthodologique comprenant notamment :

  • les questions d’évaluation, reformulées et complétées à partir des critères de la section ci-dessus ;
  • les méthodes de collecte et les outils de collecte de l’information pour la phase de terrain avec une attention particulière à la collecte d’informations auprès des bénéficiaires et des communautés;
  • un chronogramme indicatif de réalisation des visites auprès des partenaires au Sud et des communautés (pour lequel il sera tenu compte de périodes sensibles pour des motifs culturels, politiques ou religieux).

Phase d’évaluation

Durant cette phase, les consultants rendront visite sur le terrain. La méthodologie proposée devra assurer la collecte de données nécessaires et suffisantes, vérifiée tant auprès des partenaires que des communautés et des bénéficiaires finaux, ainsi que son analyse triangulée. Une étude de cas sur les changements de comportement que le projet a induit doit être réalisée. Dans cette optique, les évaluateurs devront maîtriser les techniques particulières d’enquête et d’interview au sein des groupes de bénéficiaires finaux notamment (outils divers et croisement d’informations).

A la fin de la mission terrain, une réunion de restitution sera organisée dans le pays avec la CRS et la CRB, pour « confronter » les résultats de cette phase et avoir un premier feedback des parties prenantes.

Outputs de cette phase :

  • Un Powerpoint de restitution de constats et premières recommandations
  • Un compte-rendu des discussions et du positionnement initial des partenaires sur les premières recommandations émises.

Phase de rapportage et de consolidation

Après la mission sur le terrain et endéans les 10 jours de la fin de cette phase un rapport écrit sera envoyé aux commanditaires. Le comité d’évaluation examinera le rapport et enverra aux évaluateurs des commentaires consolidés dans les 15 jours ouvrables. Les évaluateurs auront 10 jours pour intégrer les commentaires et envoyer un rapport final.

Outputs de cette phase :

  • Un pré-rapport final (qui sera discuté avec le Comité d’évaluation lors d’une réunion virtuelle avec les évaluateurs)
  • Un rapport final en français (max. 50 pages, annexes exclus)

Le rapport devra se présenter comme suit :

  • Introduction
  • Table des matières
  • Synthèse
  • Méthodologie
  • Analyses et facteurs explicatifs
  • Conclusions et enseignements
  • Recommandations, structurées en fonction de leurs destinataires (CRB, CRSÉNÉGAL)
  • Illustration des bonnes pratiques identifiées
  • Les annexes (à attacher à la version finale du rapport) contiendront notamment
  • les termes de référence
  • les notes méthodologiques
  • la liste des documents consultés
  • les outils de collecte de données (qualitative et quantitative)

Sources d’information disponibles

  • Rapport de l’enquête ménage menée par le CRS.
  • Documents de projet (cadre logique, TOC, proposition, etc).
  • Rapports narratifs (annuel et semestriel) nécessaires à la collecte d’informations.
  • Rapport d’enquête baseline et EVC initiales menées par le CRS

Calendrier indicatif

  • Fin octobre – Ouverture des offres et sélection du consultant
  • Novembre – Signature du contrat
  • Décembre – Briefing + lecture de documents + Remise de la note méthodologique (cadrage)
  • Entre janvier et février 22 – Missions terrain
  • Première semaine de mars 22 – Séance de restitution terrain
  • Fin mars 22 – Remise du pré-rapport
  • Avant mi-avril 22 – Remise du projet de rapport final et de ses annexes

Gestion et suivi

Un Comité d’évaluation assurera un suivi des travaux selon le calendrier indicatif proposé et exprimera un avis sur la qualité des travaux, le contenu des analyses ainsi que sur les conclusions et les recommandations du rapport.

Les représentants de ce comité d’évaluation, auront également la charge de faciliter l’organisation de l’évaluation sur le terrain et d’organiser la restitution.

Sécurité

Le soumissionnaire est responsable de la gestion de la sécurité des consultants qui seront envoyés sur le terrain pour effectuer cette évaluation. Au début de la phase terrain, le Représentant pays de la CRB réalisera avec les consultants un briefing sécuritaire qui visera à donner des conseils utiles pour la sécurité dans le pays.

Budget disponible

Le montant du budget global disponible pour cette évaluation est de 20.000 € TTC (la CRB n’est pas exonérée de TVA et elle ne peut pas la récupérer). Toute offre supérieure à ce montant sera automatiquement rejetée. Le budget comprend les honoraires de toute l’équipe d’évaluation, les assurances, les per-diems, le logement, les frais de transports internationaux, les frais de communication, administration, secrétariat. Si l’évaluateur le souhaite et dans la mesure du possible, un véhicule et un chauffeur pourrait être mise à disposition de l’évaluateur. Les frais associés (carburant, per-diem du chauffeur, etc.) seront dans ce cas facturés à l’évaluateur et devront être inclus alors dans l’offre financière. La CRB n’acceptera pas des offres dont le montant journalier des honoraires est supérieur à 600 € TTC. Tous les coûts encourus par le prestataire relatifs à l’établissement de son offre seront supportés par le prestataire. Le présent marché est un marché à prix global, ce qui signifie que le prix global est forfaitaire, aucune révision de prix ne sera possible.

Exigences

Profil des évaluateurs

Les compétences attendues de l’équipe d’évaluation (au moins 2 personnes, pour garantir un croisement des informations recueillies et un partage d’opinion avec minimum une personne ressortissante du pays visité) :

  • Au moins 5 à 10 ans d’expérience dans la conduite et/ou d’évaluation de programme avec différents types de méthodes de recherche, d’évaluation quantitative et qualitative en lien avec les thématiques liées à la Résilience tels que le développement communautaire, la nutrition, la santé primaire, l‘eau et assainissement, la sécurité alimentaire, ainsi qu‘une expérience des approches en cours dans le secteur de l ’aide internationale concernant la Protection, Genre et Inclusion, Engagement communautaire et Redevabilité envers les communautés, particulièrement en Afrique Sub-Saharienne.
  • Une connaissance et expérience des politiques et du système administratif au SÉNÉGAL est souhaitable.
  • Excellente maîtrise du français parlé et écrit et de la langue locale .
  • La connaissance du Mouvement International de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge est un atout supplémentaire.
  • Un équilibre des genres dans la composition de l’équipe est un prérequis nécessaire à l‘éligibilité des offres.

Éthique et déontologie

Les évaluateurs devront prendre toutes les mesures raisonnables pour garantir que l’évaluation est conçue et menée de manière à respecter et à préserver les droits et le bien-être des personnes et des communautés auxquelles elles appartiennent ; qu’elle est techniquement exacte, fiable et légitime ; qu’elle est réalisée de façon transparente et impartiale et qu’elle contribue à promouvoir l’apprentissage institutionnel et la responsabilisation.

Par conséquent, l’équipe d’évaluation devra respecter les normes d’évaluation et les pratiques applicables énoncées dans le Cadre d’évaluation pour la Fédération internationale joint au présent cahier des charges.

Les normes de la Fédération internationale en matière d’évaluation sont les suivantes :

  • Utilité : les évaluations doivent être utiles et utilisées.
  • Faisabilité : les évaluations doivent être réalistes, diplomatiques et gérées de façon rentable et sensée.
  • Éthique et licéité : les évaluations doivent être réalisées dans le respect de l’éthique et des lois, en veillant tout particulièrement au bien-être des personnes qui y participent ou qui en subissent les effets.
  • Impartialité et indépendance : les évaluations devraient être impartiales et donner une appréciation détaillée et objective qui tient compte du point de vue de toutes les parties prenantes.
  • Transparence : les évaluations devraient être menées de façon ouverte et transparente.
  • Précision : les évaluations devraient être techniquement exactes et fournir suffisamment d’informations sur les méthodes de collecte, d’analyse et d’interprétation des données pour en démontrer la validité ou le bien-fondé.
  • Participation : les parties prenantes devraient être consultées et véritablement associées au processus d’évaluation si cela est possible et justifié.
  • Collaboration : la collaboration entre les principaux partenaires opérationnels dans le processus d’évaluation contribue à renforcer la légitimité et l’utilité de l’évaluation.

Il est également attendu que l’évaluation soit menée dans le respect des sept Principes fondamentaux de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, à savoir : 1) l’humanité, 2) l’impartialité, 3) la neutralité, 4) l’indépendance, 5) le volontariat, 6) l’unité, et 7) l’universalité. De plus amples informations sur ces Principes sont disponibles à l’adresse : www.ifrc.org/what/values/principles/index.asp . Les évaluateurs sont soumis durant leur mission terrain au code de conduite de la Croix-Rouge de Belgique.

Équipe d’évaluation et qualifications : résumer la composition de l’équipe d’évaluation et les qualifications techniques requises pour en être membre.

Procédures de soumission des candidatures : décrire clairement les procédures à suivre pour présenter une candidature, les documents à fournir et les délais à respecter.

Publication du rapport d’évaluation

Le rapport final sera publié sur le site web de la CRB ainsi que sur le site du Bailleur de fonds. A cette fin, les évaluateurs devront veiller à ce que les rapports et leurs annexes respectent les règles de la RGPD.

Contenu de l’offre

Document 1 : Offre technique

Présentation de votre société :

  • Bref historique et descriptif des activités de votre société
  • Nombre d’employés
  • Chiffre d’affaires et résultats des 3 derniers exercices
  • Évaluations déjà réalisées en lien avec l’objet de la présente évaluation
  • Connaissance du Mouvement Croix-Rouge

Description détaillée de votre offre

  • Compréhension des attentes concernant cette évaluation
  • Description détaillée du contenu des étapes proposées (diagnostic, analyses, scenarii, plan d’action, reporting…)
  • Moyens mis en œuvre, approche et outils préconisés
  • Points forts et valeur ajoutée de votre offre pour effectuer cette mission
  • Planning détaillé

Recommandations du Prestataire pour la bonne réalisation de la mission

Présentation de l’équipe qui interviendra sur la présente mission et répartition des responsabilités entre ses membres

Références sur le type de missions correspondant à la mission du présent appel d’offres y inclus le nom de l’organisation contractante et le nom et le numéro de téléphone d’une personne de contact de l’organisation contractante (la CRB se réserve le droit de contacter les organisations listées comme références)

Document 2 : CV des intervenants (3 pages maximum par intervenant)

Le futur contrat sera conclu en considération des noms et de la qualité des personnes intervenant au titre de la présente mission. Le titulaire du marché identifiera lors de la remise de sa proposition de service une équipe dédiée à l’exécution de la mission et précisera le nom et la qualité des personnes composant ladite équipe. Si ces personnes venaient à quitter la structure du titulaire du marché, le commanditaire se réservera le droit de mettre fin au contrat sans indemnités pour le titulaire.

Document 3 : Proposition financière détaillée

  • Engagement forfaitaire
  • Décomposition des coûts (taux par profil, nombre de jours proposés, transport, per diem…).
  • Échéancier de paiement
  • Une déclaration sur l’honneur dûment datée et signée pour justifier que l’entreprise candidate :

ne se trouve pas en état de faillite ou de liquidation, de cessation de ses activités ou de concordat judiciaire ;
est en règle à cette date avec ses obligations relatives au paiement des cotisations de sécurité sociale selon les dispositions légales du pays où elle est établie ;
n’a pas été condamnée par un jugement passé en force de chose jugée pour un délit ou une faute grave qui porte atteinte à son intégrité professionnelle ;
respecte les normes définies dans les conventions de base de l’Organisation Internationale du Travail (OIT).

Envoi de l’offre

La réponse complète doit être envoyée par e-mail en versions standard Microsoft Office (Word / Excel) ou en pdf à evaluation.sai@croix-rouge.be avec l’intitulé du message suivant : ‘Evaluation externe PA17-21 – SÉNÉGAL’

La taille du message ne doit pas dépasser 5 Mo. Si cela devait être le cas, nous vous remercions de découper votre réponse en plusieurs e-mails.

Les propositions doivent être envoyées au plus tard le 31 octobre à 23:59 heures.

Sélection du candidat

Le contrat sera attribué au proposant qui présent le meilleur rapport qualité/prix, notamment en fonction des critères énoncés ci-dessous :

  • Offre technique : 40%
  • CV des évaluateurs : 40%
  • Offre financière : 20%

Date limite : 31 Octobre 2021.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Articles Similaires

Nous suivre

Récemment

Offres du jour